Vos rendez-vous !

2022 : Mammouths ! Des géants en vallée de l'Eure

Du 5 février au 5 juin 2022, le musée des Beaux-arts de Chartres accueille une exposition exceptionnelle consacrée au fabuleux gisement de fossiles découvert au milieu du XIXe siècle à Saint-Prest.

Vivez une véritable épopée temporelle dans la vallée de l’Eure à l’époque préhistorique.

  

Cette exposition et sa programmation associée est le fruit d’une collaboration de plusieurs mois entre la direction de l’Archéologie de la Ville de Chartres, de Chartres métropole et des chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle.

La Direction Régionale des Affaires Culturelles du Centre-Val de Loire, le Musée d’Anthropologie préhistorique de Monaco, la commune de Saint-Prest (28), le musée de Paléontologie de Chilhac (43), les gérants de la grotte de Rouffignac (24) et les propriétaires du château de Dampierre-en-Yvelines (78) ont apporté leur concours afin de présenter un contenu à la hauteur de l’intérêt du sujet présenté.

Des collections ont également été mises à disposition par le Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye et l’Institut de Paléontologie Humaine, fondation Albert Ier Prince de Monaco.


L'exposition en quelques mots

Les mammouths ont longtemps peuplé toute la planète. L’ultime variété s’est éteinte, il y a 4 000 ans, sur une île sibérienne. L’imagerie collective les représente vivants dans la neige, couverts de laine et chassés par les humains équipés de lances voire de propulseurs. Mais cela ne concerne que la dernière espèce connue : le mammouth laineux - Mammuthus primigenius.

Un site en vallée de l’Eure, à Saint-Prest, vient corriger cette vision en révélant le mammouth méridional - Mammuthus meridionalis. Il est plus ancien, plus grand et plus adapté au climat tempéré que le mammouth laineux.

Cette exposition met à l’honneur ces deux mammouths en évoquant d’abord l’histoire du site de Saint-Prest. Quelque peu oublié depuis plus d’un siècle, il a fait l’objet d’une étude scientifique récente lui permettant une véritable renaissance. La deuxième partie présente l’adaptation du Mammouth laineux au climat glaciaire et la fascination qu’il a suscitée sur les humains jusqu’à aujourd’hui.


Le parcours de l'exposition

Le gisement de Saint-Prest (il y a plus de 800 000 ans)

Une découverte retentissante !
Lorsque les imposants fossiles de mammifères apparaissent dans la carrière de Saint-Prest au milieu du XIXe siècle, la découverte fait grand bruit. Les paléontologues s’y intéressent et déterminent parmi les ossements des espèces alors inconnues tandis que la question de leur contemporanéité avec un homme ancien (antédiluvien) arrive assez vite. Les discussions sont aussi vives que le débat rapide à s’éteindre, plongeant quelque peu le site dans l’oubli.

Un siècle et demi plus tard, une équipe de chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle s’intéresse à nouveau à ces fossiles. Or ils ont été dispersés dans plusieurs musées, fonds privé et universités qu’il faut identifier. Une fois localisé, l’ensemble du matériel a été étudié selon les méthodes actuelles des paléontologues, archéozoologues et préhistoriens.

Les résultats de cette longue enquête sont présentés aujourd’hui pour la première fois. Quels sont ces animaux exceptionnellement conservés dans cette petite doline d’une terrasse fluviatile de l’Eure au niveau de Saint-Prest ? Que nous apprennent le mammouth méridional et ses contemporains (hyène géante, ours, rhinocéros, hippopotame, cheval et cervidés) vivant là entre 1 Ma et 800 000 ans ? Les humains ont-ils laissés la place de leur passage dans les environs ?


Plongée en Vallée de l’Eure, il y a 800 000 ans !

Au fil d’une présentation des différents fossiles par biotope, le visiteur pourra se représenter dans ce deuxième espace l’environnement de la vallée de l’Eure au nord de Chartres à cette période. La plongée dans un paysage tempéré chaud - entre bordure de rivière, prairie, voire lisère de forêt– où se côtoient hippopotames, hyènes, cervidés et l’incontournable Mammuthus meridionalis deperetti, offrira un véritable dépaysement au coeur de l’agglomération. Les données relatives au célèbre mammouth méridional découvert à Durfort dans le sud de la France dont le squelette quasiment complet est présenté au Muséum national d’Histoire naturelle permettront de compléter ces reconstitutions paléo-environnementales.

Des indices de présence humaine ?

Au XIXe siècle, la question de la présence humaine à Saint-Prest par des preuves indirectes (traces laissées sur les ossements, pierres taillées) a été rapidement close, par manque d’indices irréfutables. Un réexamen de tout le matériel issu de ce site a été effectué par différents spécialistes. Ainsi, des traces de découpe témoignant de gestes de boucherie ont été identifiées sur plusieurs ossements impliquant une action humaine de récupération de viande sur des carcasses animales. De plus, la présence de bois de cervidés a questionné les chercheurs. Pourquoi accumuler à cet endroit des bois de chute, c’est-à-dire perdus naturellement par l’animal au cours de sa vie ? Pourquoi fracturer des merrains encore attachés aux crânes, sachant que cette opération nécessite une force et une technique particulière ? Une démarche expérimentale sur bois de cervidé actuel a permis d’en savoir plus.


Un froid de mammouth ! (il y a plus de 20 000 ans)

Les mammouths et l’art

Le couloir reliant la salle d’exposition temporaire à la chapelle du Musée des Beaux-Arts permettra au public de s’immerger dans l’art pariétal grâce à des représentations projetées.

Rencontre avec le mammouth laineux

Dans la chapelle du Musée des Beaux-Arts, sera exposé le squelette fossilisé de mammouth prêté par SAS le Prince de Monaco. Ce majestueux exemplaire a été découvert en Sibérie septentrionale, à 1 000 km à l’est de la rivière Lena, et plusieurs expéditions (de 1991 à 2003) dirigées par Fedor Shidlovsky (Ice Age Museum, Moscou, Russie) ont été nécessaires pour recueillir les nombreux restes osseux issus du permafrost riche en fossiles.

Préalablement, le squelette fut exposé au Japon en 2005, aux États-Unis en 2006 puis en Espagne en 2010 avant d’être mis en dépôt au Musée d’Anthropologie préhistorique à des fins de travaux scientifiques et de médiation grâce au Palais Princier de la Principauté.

D’après le professeur Yves Coppens, les molaires usées témoignent d’un âge avancé (40-50 ans). Le squelette de ce proboscidien, quasiment complet (90 % - 95 %), mesure 5 m de long pour 3,30 m de haut et 2,20 m de large. Plusieurs indices morphométriques indiquent qu’il s’agit de restes osseux provenant d’un ou plusieurs adultes de sexe masculin. Son état de conservation est exceptionnel, outre les éléments osseux et d’ivoire parfaitement préservés, le sommet du crâne garde de petits lambeaux de tissus mous. Il est daté par méthode radiométrique (14C) : entre 31 015 et 30 760 BP (Laboratoire Beta Analytic). Intéressant à la fois les problématiques paléontologiques et préhistoriques (Paléolithique supérieur), ce squelette ne manquera pas d’attirer, en plus des amateurs, les spécialistes internationaux.

Autour de cette pièce d’exception, le public pourra découvrir l’exploitation du mammouth par l’homme de la Préhistoire (pour se nourrir, se vêtir, se loger) à aujourd’hui dans notre culture populaire. Un film présentera également les cabanes en os de mammouth fouillées en Ukraine.


Informations pratiques

Lieu : Musée des Beaux-Arts, 29, rue du Cloître Notre-Dame, 28000 Chartres.

Dates et horaires : du 5 février au 5 juin 2022 :
Mercredi, vendredi et samedi : 10h-12h30 / 14h-17h (18h en mai et juin)
Jeudi : 10h-12h30 / 14h-20h.
Dimanche : 14h-17h (18h en mai et juin)
Fermé les 1er et 8 mai

Visites libres
Tarif plein : 6 €
Tarif réduit * : 3 €
Gratuit ** (voir conditions)

Visites commentées
La médiatrice de la Direction de l’archéologie vous dévoile les secrets des mammouths à travers les temps chauds et glaciaires de la Préhistoire.

Dimanche 6 et 27 février, 13 mars, 10 avril, 15 mai à 15h
Jeudi 5 mai à 18h30

Réservations via la billetterie de l’office de tourisme.

Scolaires
Des visites vous sont proposées.

Groupes
Renseignements et réservations au 02 37 23 41 75 ou ateliersarcheologie@agglo-ville.chartres.fr

* (Pass Chartres expérience, groupes (≥10), visiteur accompagnant une personne handicapée, moins de 18 ans)
** (1er dimanche de chaque mois, moins de 18 ans, étudiants, bénéficiaires du RSA ou assimilé, pré-visite de l'enseignant, Amis du Musée de Chartres, membres de la SAEL, membres de l'ICOM/ICOMOS, de l'association des Musées de la Région Centre-Val de Loire, détenteurs de la Carte Culture et du Pass Education, guides-conférenciers, journalistes, personnes handicapées).


Autour de l'exposition : le programme des animations

Tout au long de l'exposition, la Direction de l'Archéologie et la Ville de Chartres ont concocté un riche programme d'animations.

> Consulter notre agenda

L’exposition en danse et lumières !

Les danseurs du Conservatoire de Musique et Danse investissent l’exposition pour proposer une performance autour du squelette de mammouth laineux prêté par la Principauté de Monaco !

- Samedi 26 février, 12 mars et 26 mars à 16 h
- Musée des Beaux-arts - Chapelle et salle à l’italienne

Lors de cette soirée unique, les façades du Musée des Beaux-Arts seront mises en lumière en lien avec le thème de l’exposition.

- Jeudi 17 mars à 20 h
- Jardin de l'Evêché

Table-ronde « Le mammouth de Saint-Prest et ses contemporains »
Jeudi 3 et vendredi 4 février 2022
Médiathèque l'Apostrophe

Des conférences grand public

- Saint-Prest : une enquête autour de la Préhistoire
- Le mammouth de Changis-sur-Marne
- L'Homme préhistorique dans la peinture et la sculpture à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle
- Les mammouths de la Grotte de Rouffignac (24). Images d'un géant bien discret

Des ateliers juniors
du 7 au 11 février puis du 11 au 15 avril 2022

Des animations à la Médiathèque l'Apostrophe

Autour de l'exposition

Tout au long de l'exposition, la Direction de l'Archéologie et la Ville de Chartres vous propose un riche programme d'animations.

> Consulter notre agenda

À lire : l'interview d'Yves Coppens

« CE QU’UNE DENT DE MAMMOUTH DIT DE SAINT-PREST À LA PRÉHISTOIRE … »

Le paléontologue Yves Coppens, qui a découvert Lucy, connaît bien le site de Saint-Prest pour l’avoir étudié à plusieurs reprises et même y avoir conduit des fouilles.